jeudi 8 mai 2014

Parasha Behar, par Rabbi Floriane Chinsky


Où la constitution française de 1958 a-t-elle été écrite ?
En France bien sur et elle a présentée solennellement au public Place de la République à Paris.

Il est logique qu’une loi soit élaborée au cœur de l’Etat de droit qu’elle met en place.

Où est donnée la Torah ?

Sur le mont Sinaï, dans un désert, loin de la terre qui hébergera les enfants d’Israël.

La torah est-elle donc une sorte de loi universelle désincarnée ?
La loi spirituelle est-elle donc détachée du monde concret ?

Non.

Elle est liée à une terre et à la création d’un système politique.

Notre paracha nous le prouve en ouvrant son propos avec les lois de la répartition de la terre, autant dire, des moyens de production.
Mais pourquoi parler de la répartition de la terre alors que le peuple ne s’y trouve pas ?
Telle est la question de Rachi à propos de notre paracha.
Elle se nomme « béhar », « dans la montagne [du Sinaï] » alors qu’elle introduit les lois du chabat de la terre de Canaan, la « chemita » et de restitution des terres aux familles tous les 50 ans.
Ces deux faits semblent être déconnectés.

Aujourd’hui encore en Israël, dire « quelle est cette histoire de chemita au mont Sinaï ? » est l’équivalent de « passer du coq à l’âne ».
En ce jour de yom haatsmaout, nous nous préparons à lire la paracha béhar ensemble chabbat prochain.
Ces thèmes seront au cœur de notre réflexion.

Rabbin Floriane Chinsky

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire